Horaires et
Secrétariat

horaires

Prêtres et
Diacres

pretres

Jeunes

jeunesse

Célébrations et
Sacrements

Celebration

Mouvements & 
Services

Mouvements

Eglises et
Salles

Eglise

La bourgade de Maisons se développe dès le 8ème siècle autour d'un prieuré dédié à saint Germain, d'une église sous le vocable de saint Nicolas et d'un lieu défensif, futur emplacement du château, le tout surplombant la vallée de la Seine.

L'église est reconstruite au 15ème siècle, tandis qu'il faudra attendre 1630 pour que René de Longueil, héritier de tout le domaine de ses ancêtres, décide de faire construire un nouveau château destiné à accueillir le roi lors de ses chasses. L'architecte en est François Mansart.

Le domaine restera dans la famille Longueil jusqu'en 1777 où il est racheté par le Comte d'Artois, frère de Louis XVI et futur Charles X. Après la révolution, le maréchal Lannes en devient propriétaire et sa veuve vend le domaine intact à Jacques Laffitte en 1818.

Celui-ci va morceler le domaine à partir de 1834 et créer le lotissement avec un cahier des charges rigoureux que nous connaissons aujourd'hui. Avec l'arrivée du chemin de fer, la population se développe autour du pôle de la gare. L'ancienne église est trop petite et vétuste. On en bâtit une nouvelle dans le quartier neuf.

Le déplacement de la population s'est fait de l'ancien village vers la nouvelle ville. L'intérêt pour les courses que l'on doit au Comte d'Artois se développe également et on assiste à l'implantation des écuries à partir du milieu du 19ème siècle mais ce n'est qu'en 1878 que Maisons aura son champ de courses. Quant au changement de nom, il sera effectif en 1882 quand la station de chemin de fer portera le nom de Maisons-Laffitte en référence à Charles Laffitte, neveu de Jacques, qui fit arrêter le train chez nous.

La ville va ensuite se développer vers les nouveaux quartiers et le parc perdra quelques-unes de ses belles maisons du siècle dernier au profit d'ensembles immobiliers qui vont amener une population toujours plus nombreuse. ©

Béatrice Vivien 21 janvier 2007